Skip to navigation – Site map
Introduction

Numéro spécial de FACTS Reports : Lutte contre la pauvreté

Introduction
David Ménascé
This article is a translation of:
Fighting Poverty, between market and gift

Full text

1Donner ou échanger, telle est l’alternative souvent proposée pour mieux lutter contre la pauvreté. Aussi le débat se polarise-t-il régulièrement entre des solutions de marché et des dispositifs d’aide publique ou privée.

2Cette alternative est en réalité bien réductrice. La réalité quotidienne des populations pauvres elles-mêmes semble en effet d’abord faite d’un tissu enchevêtré de relations de don et de marché et les stratégies de survie déployées par les populations pauvres ne tiennent pas compte de cette distinction.

3Parallèlement, et comme par miroir, les politiques de lutte contre la pauvreté intègrent à la fois des éléments d’aide et de marché

4Ce numéro hors série de FACTS vise à dépasser cet antagonisme apparent et cherche au contraire à comprendre comment s’articulent et se complètent, en fonction des contextes culturels, historiques et géographiques ces deux logiques.

5C’est en effet tout l’enjeu de ce numéro que d’analyser l’oscillation ininterrompue des logiques de don et de marché dans les stratégies de lutte contre la pauvreté et de comprendre comment s’expliquent les éventuelles différences. Au travers de ces spécificités locales, peuvent aussi se lire les systèmes d’économie politique.

6Dans le même temps, ce numéro vise à préciser et à analyser comment les stratégies de marché et d’aide – qu’elle soit publique ou privée – sont aujourd’hui renouvelées.

7Une telle ambition peut naturellement sembler démesurée mais la qualité des contributions et de leurs auteurs fait de numéro FACTS un objet intellectuel bien particulier.

8Ce numéro s’ouvre par l’analyse de la situation des populations que l’on qualifie, parfois trop schématiquement, de pauvres. Il est en effet primordial de partir des stratégies des personnes elles-mêmes.

9Laurence Fontaine s’attache ainsi à montrer « les enjeux du marché dans les stratégies de survie des familles de l’Europe préindustrielle », notammentpour les femmes au XVIII siècle, et nous permet à ce titre de comprendre que le marché constitue aussi une conquête sociale.

10Comme en écho contemporain, l’article de Jonathan Morduch analyse la situation des personnes vivant avec moins de deux dollars jours dans plusieurs pays émergents. Par-delà les différences contextuelles, on retrouve cet enchevêtrement de logiques de don et de logiques de marché.  

11L’article de Frédéric Dalsace, Charles-Edouard Vincent, François Dalens et Jacques Berger illustre ensuite le phénomène indécent de la « double peine » : pour des raisons profondément différentes, les populations pauvres souffrent aussi dans les pays développés de « pénalités de pauvreté ». En effet, de manière naturelle et sans malveillance particulière des acteurs du secteur marchand, le marché défavorise les populations pauvres en les conduisant à payer plus cher que les autres ménages les mêmes biens et services par unité de consommation.

Donner autrement : les mécanismes innovants d’aide

12La deuxième partie de cet ouvrage cherche à analyser comment repenser le don pour mieux lutter contre la pauvreté. L’article du J-PAL souligne en premier lieu, à contre-courant des concepts de coûts partagés, l’importance économique du don. Le don, en particulier sur les secteurs essentiels tels que la santé, reste une modalité efficace de lutte contre la pauvreté.

13L’article de Jean-Michel Severino permet ensuite de tracer à la fois un bilan critique des mécanismes d’aide publique tout en présentant un cadre général pour les repenser.

14Les deux articles suivants permettent, sur la base d’expérience concrète de comprendre et d’analyser des mécanismes d’aide aujourd’hui essentiels : les transferts monétaires conditionnels à travers l’analyse d’un des programmes les plus connus en la matière : la Bolsa Familia brésilienne et les politiques d’aide à l’Afrique.

Entreprendre autrement : les nouvelles approches de marché pour lutter contre la pauvreté

15La troisième partie du numéro est consacrée aux approches de marché pour lutter contre la pauvreté et leurs interactions avec les logiques de don. Cécile Renouard s’interroge en premier lieu sur la responsabilité du secteur privé en matière de lutte contre la pauvreté et propose un cadre d’analyse des leviers d’action à la disposition des entreprises pour participer au développement.

16Le rôle du marché pour améliorer l’accès aux biens et services fait ensuite l’objet de plusieurs articles.

17Deux analyses de cas permettent de comprendre à la fois les stratégies menées par deux grandes entreprises (SC Johnson et Veolia Environnement) pour assurer l’accès aux services essentiels.

18Les contributions de Tatiana Thieme et Justin DeKoszmovszky d’une part et de Muhammad Yunus Thierry Sibieude et Eric Lesueur d’autre part montrent que par-delà les différences importantes en matière de partage de la valeur ajoutée (le social business reposant sur le principe de no loss, no dividend alors que les stratégies BoP s’inscrivent dans des logiques classiques), la réussite sur le terrain de ces deux types de pratiques diffèrent peu et dépendent bien souvent de la capacité à inscrire judicieusement des réseaux de solidarité dans des logiques de marché.

19Erik Simanis, Mark Milstein puis Reuben Abraham proposent une analyse critique de ces modèles de marché explicitement tourné vers la lutte contre la pauvreté en renouant quelque part avec l’idéal libéral classique.  

20« Ce n'est pas de la bienveillance du boucher, du brasseur ou du boulanger qu'il faut espérer notre diner, mais de leur propre intérêt » n’a eu de cesse de rappelerAdam Smith. Il s’agirait selon eux de ne pas entretenir plus longtemps la confusion entre marché et lutte contre la pauvreté. La contribution au développement est certes un impact mais indirect de toute entreprise efficace.

21Au-delà de ce débat, tous ces modèles reposent sur le partenariat et Philippe Lemoine et Marjorie Carre, sur la base de l’expérience de Clinton Global Initiative, nous permettent de comprendre comment tisser concrètement des alliances entre des acteurs aux mandats, culture et stratégies différents. Il s’agit bien de définir les modalités pratiques d’articulation des logiques de don et de marché pour lutter contre la pauvreté.

22Ce numéro se termine par différentes perspectives qui complètent la compréhension de la problématique de la pauvreté.

23L’article de Julien Damon, en comparant à la fois au niveau international, européen et français les logiques qui président à la mesure de la pauvreté, souligne la convergence progressive des modes d’approche.

24Alain Marie propose une perspective anthropologique à travers la relecture des thèses de Marcel Mauss sur le don. Il rappelle à cet égard que la dette se cache bien souvent sous le don et que la solidarité est aussi système de pouvoir, voire de coercition sur les individus.

25Alain Supiot développe une analyse juridique, en montrant la confrontation de deux conceptions politiques opposées de la pauvreté : celle qui y voit un fléau social, dont on peut combattre les effets mais pas les causes ; et celle qui y voit la manifestation d’une injustice sociale qu’il faut combattre à sa racine.

26Philippe Kourilsky termine enfin ce numéro sur une perspective nouvelle de l’altruisme en proposant le concept d’altruité.

27Si don et marché renvoient dans l’imaginaire traditionnel à la sphère du désintéressement et de l’intérêt, ces deux notions interrogent dans le même temps la sphère de l’entre-nous, c’est-à-dire à la conception que nous avons du vivre ensemble.

28Ces différentes contributions, par leur complémentarité offrent au final une perspective nouvelle sur la question de la lutte contre la pauvreté.

29Elles rappellent l’importance de la transversalité : des universitaires venus d’horizons variés –historiens, juristes, anthropologues, économistes, sciences de gestion côtoient des praticiens, tant du secteur privé que du secteur associatif et public. Cette pluralité de regards fait la richesse de ce numéro.

30Ce numéro est ensuite un lieu de débat et donne à ce titre la voix à des interprétations différentes, voire contradictoires, des grands concepts qui irriguent aujourd’hui le débat sur les interactions entre secteur privé, solidarité et actions publiques. Ces débats sont salutaires : ils témoignent de la vitalité de la recherche et de l’importance de toujours questionner les nouvelles idées, fussent-elles généreuses, pour qu’elles ne se transforment en raides idéologies.

31Ce numéro doit enfin beaucoup à la qualité des illustrations. Il est rare d’associer des illustrations à un propos relatif à la pauvreté. La gravité du thème invite souvent à l’austérité de la forme.

32Nous avons pensé qu’au contraire les magnifiques dessins que l’association dirigée par Plantu, Cartooning for Peace a eu la gentillesse d’offrir à FACTS, contribuaient largement, par la vivacité de leurs traits, à l’intelligence du propos.

Top of page

References

Electronic reference

David Ménascé, « Numéro spécial de FACTS Reports : Lutte contre la pauvreté », Field Actions Science Reports [Online], Special Issue 4 | 2012, Online since 31 January 2012, connection on 26 July 2017. URL : http://factsreports.revues.org/1306

Top of page

About the author

David Ménascé

Professeur à HEC

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons Attribution 3.0 License

Top of page
  • Les cahiers de Revues.org