Skip to navigation – Site map
Institut Veolia

L’introduction des citernes familiales, un levier majeur de la transformation des mornes haïtiens

The introduction of family cisterns, a key lever in transforming Haiti’s uplands
La introducción de cisternas familiares, un instrumento esencial en la transformación de los mornes (cerros) haitianos
Rélex Alexandre and Robers-Pierre Tescar

Abstracts

Observations made during training at the Madian-Salagnac center led to the construction of private cisterns and community impluviums (rainwater collectors) in Haiti. The introduction of cisterns in Salagnac (Nippes) enabled peasant families to increase their farming income, to focus on extra-agricultural activities (building work), to have access to good-quality water, to improve their health, and to give the women and children more time for other activities.

Top of page

Full text

Introduction

1Au cours de la période 1981 – 1985, 200 citernes familiales de 12 m3 ont été construites à Salagnac, habitation de la commune de Paillant située dans le département des Nippes d’Haïti. Elles sont l’œuvre du projet Salagnac - Aquin (1978 à 1992) financé par la Coopération française. Trente ans après, la présente étude propose de revisiter ces citernes pour déterminer leur impact financier et économique. Cette évaluation, réalisé en mars 2011 est un travail de terrain, il s’agissait pour la coopération française et la Faculté d’Agronomie (FAMV) de mesurer les impacts à partir des données collectées directement sur le terrain. L’équipe, composée de deux Coopérants français, trois Professeurs de la FAMV et quinze étudiants de ladite Faculté a donc passé quinze jours à Salagnac pour recueillir les données qui seront utilisées pour l’élaboration de la présente.

Coût financier des citernes construites

2Ce coût financier correspond à la valeur de l’ensemble des dépenses que doit consentir un investisseur et/ou un exploitant pour la construction d’une citerne.

3La citerne proposée est conçue pour une maison en toiture métallique. L’eau de pluie, tombant sur le toit, est canalisée vers la citerne.  Dans les conditions définies par le projet et au prix de 2010, le coût financier moyen d’une citerne familiale est de 67340 gourdes, soit de 1530 dollars au taux de change de juillet 2013, dont le tiers (510 dollars) était supporté par le projet. Le ciment et le salaire des maçons représentent les deux postes de dépenses les plus importants. A noter que le coût de l’emplacement n’est pas pris en compte dans les calculs.

Tableau 1. Distribution du nombre de citernes construites au cours du quinquennat (1981-1985) et coût consenti par le projet

Année

1981

1982

1983

1984

1985

TOTAL

Quantité

26

41

44

45

44

200

Coût unitaire en gourdes courantes

1.774

1.903

2.095

2.239

2.477

G courantes/G 2010

12,86

11,99

10,89

10,19

9,21

Coût unitaire en gourdes de 2010

22.814

22.817

22.815

22.815

22.813

Coût total en 1000 gourdes de 2010

593

935

1.004

1.027

1.004

4.563

(1dollar = 44 gourdes en 2013)

Impact financier des citernes

4L’impact financier d’une citerne, comme le revenu d’un agriculteur, varie avec l’accès à la terre (superficie et mode de tenure) et la taille du cheptel de l’exploitation agricole, mais aussi avec la nature des activités extra-agricoles, au premier rang desquelles la maçonnerie. Il se manifeste par exemple par le gain de poids des bœufs et l’apport des équins dans le transport des denrées agricoles ou par le nombre de stipes de bananiers épargnés. Avant la construction des citernes, pour abreuver le gros bétail, il était courant d’utiliser des stipes de bananiers ce qui constituait un manque à gagner pour la production de bananes.

5Les gains réalisés grâce aux citernes sont multiples : Gain de temps, accessibilité à une eau de qualité, élargissement des usages de l’eau, plus grande disponibilité des équins et rémunération pour des travaux de maçonnerie.

6Nous avons estimé ces gains pour les 200 citernes du projet à 130 millions de gourdes (soit près de 3 millions de dollars américains) pour une durée de vie de trente ans (durée d’amortissement retenue pour ce type de construction). Chaque citerne permet donc un gain de 15 000 US $ pour un investissement dix fois plus faible (1530 US $). Le projet accuse un Taux de Rentabilité Interne Financier (TRIF) de 1,40 et un temps de récupération de cinq ans.

Tableau 2. Flux financier net (FFN) de la construction des citernes familiales (en millier de gourdes)

Année

1981

1982

1983

1984

1985

1986

2010

Total

Charges d’Exploitation

1.751

2.761

2.963

3.030

2.963

60

60

14.968

Recettes

703

1.810

2.999

4.701

5.404

5.404

145.313

FFN

-1.751

-2.058

-1.153

-31

1.739

5.344

5.344

130.345

Solde actualisé

1,05

-1.668

-1.867

-996

-26

1.362

3.988

1.236

55.820

1,40

-1.251

-1.050

-420

-8

323

710

0,2

78

1,41

-1.242

-1.035

-411

-8

312

680

0.2

-46

Solde actualisé cumulé

1,05

-1.668

-3.534

-4.530

-4.556

-3.194

794

55.820

(FFN : Flux Financier Net)

Coût Économique

7Il s’agit ici de déterminer la part en devise de l’investissement consenti pour la construction d’une citerne, part du financement qui quitte le pays.

8La méthode des prix de référence (PR) est utilisée pour déterminer le coût consenti par la nation pour la construction d’une citerne. Le ciment représente à lui seul le tiers (33,8%) du coût économique et plus des trois quarts (76,7%) des dépenses consenties pour l’acquérir partent à l’étranger. Cela représente une forte dépendance de l’extérieur pour l’acquisition de ces matériaux de construction. A côté des dépenses consenties pour la construction des citernes, il convient de prendre en compte les achats à l’étranger des équipements achetés par le projet et mis à la disposition des maçons. Ces équipements, qui sont restés la propriété du projet, ont été utilisés pour la construction des citernes familiales, tout au long des cinq années du projet. Le coût économique est estimé à 20 551 gourdes (soit 467 dollars) par citerne, ce qui représente un coût total pour les 200 citernes de 4 110 208 gourdes (soit 93 413 dollars), chiffre qui correspond pour Haïti aux achats (directs et indirects) effectués à l’étranger et en devises.

Tableau 3. Coût économique de la construction des deux cents citernes familiales

Année

1981

1982

1983

1984

1985

Nombre de Citernes familiales par année

26

41

44

45

44

Coût unitaire en gourdes courantes

1774

1903

2095

2239

2477

Coût total en gourdes courantes (PM)

46122

78008

92172

100742

108985

G courantes/G 2010

12,86

11,99

10,89

10,19

9,21

Coût total en gourdes de 2010 (PM)

592937

935438

1004042

1026853

1003368

PR/PM

0,767

0,767

0,767

0,767

0,767

Coût par citernes en gourdes de 2010 (PR)

454782

717481

770100

787596

769584

Coût matériels du centre au PR

610665

Coût annuel en gourdes de 2010 (PR)

1065447

717481

770100

787596

769584

Coût total des 200 citernes en gourdes de 2010 (PR)

4 110 208

(PM : Prix du marché ; PR : Prix de référence)

Impact économique des citernes

9Une fois mises en place, les citernes ont eu un impact significatif sur la région de Salagnac. Le mode de vie, les habitudes, les horaires et les calendriers, les cultures et les élevages ont été notablement transformés. Pour le pays, il a été possible de mesurer les dépenses occasionnées par la construction des 200 citernes, mais aussi la richesse générée.

10Les enquêtes ont montré que la construction des citernes a entraîné une augmentation de la consommation en engrais de l’ordre de près de 22 964 190 gourdes sur trente ans en prix de référence (soit 521 913 dollars). C’est la principale dépense courante en devises que la construction des citernes a entrainé. Mais, cette dépense a permis d’accroître la production agricole dans la zone de Salagnac, notamment la production maraichère. A noter que les citernes ont provoqué une évolution des systèmes de production au bénéfice des productions végétales et aux dépens de l’élevage. Au total, le bilan est donc très largement positif.

11Le gain économique proprement dit se traduit par une augmentation de la production et par une diminution des intrants (autre que l’engrais) par unité de production. Le gain de production réalisé a été estimé à près de 75 millions de gourdes et celui correspondant à l’économie réalisée sur les intrants à près de 3 millions de gourdes, ce qui donne un total de 78 millions de gourdes.

12Le gain économique calculé pour les trente ans est de 51 millions de gourdes soit une moyenne de un million et sept cent mille (1 700 000) gourdes par année et huit mille cinq cents (8500) gourdes (c’est-à-dire de 193 dollars) par citerne et par année.

13Avec un taux d’actualisation de 5%, le temps de récupération n’est que de quatre ans et demi, et, sur trente ans, le projet peut supporter un taux allant jusqu’à 58%. Le taux de rentabilité interne économique (TRIE) du projet citerne est donc très élevé.

Tableau 4. Résumé du bilan économique du projet (en millier de gourdes)

Année

1981

1982

1983

1984

1985

1986

1987

2009

2010

Total

Investis-sement

1065

773

983

983

1065

4 110

Gain économique

239

615

1019

1432

1836

1836

1836

1836

1836

51037

FEN

-827

-158

36

449

771

1836

1836

1836

1836

47233

Solde actualisé

1,05

-787

-144

31

370

1438

1370

1305

446

425

21182

1,58

-517

-62

9

69

175

109

68

0.002

0.001

2

1,59

-520

-63

9

70

181

114

71

0.003

0.002

-17

Solde actualisé cumulé

1,05

- 787

-931

- 900

- 530

908

2278

3583

20757

21182

FEN : Flux Économique Net

Impacts sociaux

14Le projet de construction de citernes à Salagnac a eu des impacts sociaux très importants pour la collectivité. Ces impacts n’ont pas été mesurés dans cet article. Ils portent principalement sur l’éducation, la santé et l’environnement.

15Moins de temps nécessaire pour se procurer de l’eau implique moins de fatigue et plus de temps à consacrer à d’autres activités pour les femmes, les hommes et les enfants. Tous les témoignages convergent pour dire que la construction des citernes a été un investissement majeur permettant à tous les membres de la famille une meilleur réussite dans toutes leurs activités, notamment pour les enfants ont pu se consacrer pleinement à leur scolarités.

16La qualité de l’eau est aujourd’hui assurée. Elle est traitée directement dans les citernes plusieurs fois par an et les citernes elles-mêmes sont lavées et désinfectées une fois tous les ans. L’eau est récupérée grâce à des robinets ce qui évite les souillures. Cette bonne qualité de l’eau a un impact important sur la santé.

17Le projet contribue également à la protection de l’environnement. Plus de quatre mille mètres cube d’eau sont captés chaque année ce qui diminue l’érosion à Salagnac et permet, comme nous l’avons vu,  une augmentation de la production et des revenus des agriculteurs et, en conséquence, entraine une réduction de la pression sur les espaces boisés.

Conclusion

18La construction de citernes à Salagnac se révèle sans conteste être un grand succès pour les ménages et pour la nation. Avec des TRI financier et économique de 40 % et 58%, et des temps de récupération de cinq (5) ans pour l’évaluation financière et de quatre ans et demi (4,5) pour l’évaluation économique. Il s’agit d’évaluations très favorables. Si l’on ajoute les effets sociaux très positifs qui ont été mentionnés, alors il apparait clairement que le projet citernes a été un investissement particulièrement bénéfique pour les bénéficiaires et pour la collectivité. Trente ans après la réalisation de ce projet on peut affirmer que les citernes ont permis une véritable révolution dans les modes de production et de vie qui prévalent sur le plateau de Salagnac.

19De tels investissements sont donc pleinement justifiés pour les ménages, mais aussi pour l’État et pour les bailleurs de fond nationaux et internationaux. L’exemple du projet citernes de Salagnac peut servir de référence pour tous ceux qui ont un accès difficile à l’eau potable et qui disposent des moyens financiers ou qui peuvent bénéficier d’appuis financiers ou de crédits à des taux acceptables. Il est important de faire connaître les résultats de l’évaluation conduite avec toute la rigueur voulue et, ainsi, d’influencer positivement les décideurs qui sont concernés par le développement rural.

Top of page

References

Electronic reference

Rélex Alexandre and Robers-Pierre Tescar, « L’introduction des citernes familiales, un levier majeur de la transformation des mornes haïtiens », Field Actions Science Reports [Online], Special Issue 9 | 2014, Online since 27 December 2013, connection on 30 April 2017. URL : http://factsreports.revues.org/2754

Top of page

About the authors

Rélex Alexandre

Professeur au Département Économie Rurale et Développement à la Faculté d’Agronomie et de Médecine Vétérinaire (FAMV) de l’Université d’État d’Haïti (UEH), relex@caramail.com / relex.alexandre@ueh.edu.ht

Robers-Pierre Tescar

Professeur au Département de Phytotechnie à la Faculté d’Agronomie et de Médecine Vétérinaire (FAMV) de l’Université d’État d’Haïti (UEH), tescar@yahoo.fr

Top of page

Copyright

Creative Commons Attribution 3.0 License

Top of page