Skip to navigation – Site map
Institut Veolia

VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement

Updated on 04/09/2014

Latest articles

RSS
  • > Politique énergétique 2030 du Québec : l’étonnante absence d'une stratégie de transport soutenable

    Suite à un texte paru dans le Soleil le 7 avril 2016 intitulé « L’avenir contraint de l’énergie éolienne au Québec » (Saucier et al., 2016), huit chercheurs du Collectif scientifique sur la question du gaz de schiste, se questionnent sur l'ambition et les orientations stratégiques de la Politique énergétique du Québec (PEQ) 2030 en matière de transport. Les auteurs partent du constat que le Québec prévoit d'importants surplus d'électricité renouvelable (8,3 TWh par an jusqu'en 2023) et que ce po

    (…)

  • > Les nouveaux chantiers de la justice environnementale

    Rédactrices associées : Valérie Deldrève (Irstea, France), Nathalie Lewis (Université du Québec à Rimouski, Canada), Sophie Moreau (Université Paris-Est Marne-la-Vallée, France), Kristin Reynolds (The New School, États-Unis)

    Dans un contexte global où l’amplification des inégalités sociales comme les dégradations environnementales occupent une part croissante des débats et des agendas politiques, le problème des relations et intersections entre les unes et les autres recueille un intérêt g

    (…)

  • > Le mouvement de désinvestissement des énergies fossiles : une nouvelle phase de mobilisation pour le climat ?

    Le mouvement de désinvestissement des énergies fossiles, né en 2010 aux États-Unis, s’est propagé rapidement dans les universités américaines avant de regrouper d’autres appuis, comme des organisations religieuses, des villes ou des fondations philanthropiques. Dans la mesure où il repose sur le principe d’auto-organisation, il se caractérise par une forte coordination, qui elle-même se traduit par la mise à dispositions d’outils, parmi lesquels un argumentaire à tonalité éthique et économique.

    (…)

  • > Entre controverses environnementales et projets d’aménagement: le paysage à l’épreuve des sens

    Coordination du numéro : Vincent Battesti (Centre national de la recherche scientifique, UMR 7206), Élise Geisler (Agrocampus Ouest, UMR ESO), Christophe Mager (Université de Lausanne), Laurent Matthey (Université de Genève) et Éric Duchemin ([VertigO]/Université du Québec à Montréal, Canada).

    Dans les années 1990, quand le paysage fait son retour dans le champ de la pratique aménagiste, à titre d’« alternative » (Marot, 1995) à certaines dérives de l’urbanisme moderne, la question du sens

    (…)

  • > Agricultures urbaines durables : vecteur pour la transition écologique

    Le colloque international « Agricultures urbaines durables » propose six sessions scientifiques, chacune avec des sous-sessions et des tables rondes avec les différents acteurs (agriculteurs, chercheurs, élus, étudiants, associations, consultants). Le colloque vise une valorisation scientifique et pédagogique multi-supports.

  • > Radiofréquences et santé : améliorer l’évaluation des risques

    La mutation permanente des applications des technologies sans fil utilisant les radiofréquences s’accompagne de questionnements, aussi bien de la part des usagers qui les utilisent ou qui y sont exposés, que dans la sphère scientifique. Cet article propose d’explorer l’évolution réglementaire qui encadre les technologies sans fil au regard du développement des connaissances liées à l’exposition aux champs électromagnétiques radiofréquences et aux effets sanitaires qui pourraient y être associés.

    (…)

  • > Logiques paysannes, production agricole et lutte contre les ravageurs des cultures à Salcedo dans les Andes équatoriennes : stratégies individuelles ou collectives ?

    En Équateur, le débat sur l’avenir de l’agriculture familiale demeure important en raison de la vulnérabilité des communautés paysannes, en particulier dans la région andine, et d’une situation alimentaire encore préoccupante en milieu rural. Dans ce contexte, la lutte contre les ravageurs des cultures, identifiée par la FAO comme une priorité pour réduire efficacement l’insécurité alimentaire des agriculteurs dans les Suds, apparaît comme un défi de taille pour les communautés paysannes de la s

    (…)

  • > Modernité, anachronisme et ambivalence des risques et catastrophes naturelles à travers l’approche géohistorique

    Les données historiques permettent de poser le problème de la prise en compte des risques naturels dans la gestion d’un territoire d’une manière originale. Le contexte culturel et historique de production des documents anciens portant sur les catastrophes naturelles demande à être interprété afin de préciser les évolutions qualitatives de ce qui ne s’appelle pas encore la vulnérabilité. Réduire la diversité historique des procédures d’aides aux sinistrés à une « indemnisation » peut être pédagog

    (…)

  • > Changements climatiques, changements du littoral et évolution de la vulnérabilité côtière au fil du temps : comparaison de territoires français, canadien et sénégalais

    La vulnérabilité des zones côtière aux impacts des changements climatiques et aux aléas météo-marins (tempêtes, inondations, etc.) résulte conjointement de dynamiques liées au milieu naturel et à l’élément humain et social qui façonnent le système socio-écologique. Pour tenir compte de cette dualité, des approches théoriques ont été développées, telles que le couple exposition/sensibilité dans le développement d’indices de vulnérabilité climatique ou le couple aléa/enjeux dans le domaine de la g

    (…)

  • > Vulnérabilités environnementales : perspectives historiques

    « La plupart de nos maux physiques sont encore notre ouvrage. Sans quitter votre sujet de Lisbonne, convenez, par exemple, que la nature n’avait point rassemblé là vingt mille maisons de six à sept étages, et que si les habitants de cette grande ville eussent été dispersés plus également, et plus légèrement logés, le dégât eût été beaucoup moindre, et peut-être nul. […] Vous auriez voulu, et qui ne l’eût pas voulu ! que le tremblement se fût fait au fond d’un désert plutôt qu’à Lisbonne. Peut-on

    (…)